Métamorphoses hallucinatoires et mutations des personnages dans les romans d’Amin Maalouf

19e - 21e

CIEF (Centre international d'études francophones)

Type de thèse
Date de soutenance 
13 Mai 2014
Jury 

Présidente du jury : MME Judith MILLER, New-York University (NYU)

Membres du jury :
MME Anne BANNY (Université Paris 4)
M. Frederic LAGRANGE (Université Paris 4)

Sous la direction de 

Beïda Chikhi

Doctorants
MESLET
Résumé 

L’oeuvre romanesque d’Amin Maalouf propose un traitement particulier du personnage qui dépasse le cadre habituel de son analyse. Objet de toutes les attentions mais aussi de tous les débordements, le personnage reflète l’ensemble des problématiques qui opèrent à l’intérieur de la fiction. On trouve ainsi dans les romans d’Amin Maalouf une contamination, voire même une dissémination, du personnage vers d’autres instances. Ces instances le prolongent en peuplant, à leur tour, le roman et en se proposant d’y laisser une empreinte poétique. Les métamorphoses et les mutations successives, dont le roman fait l’objet, viennent relayer sa présence, lui octroyant une dimension nouvelle. En multipliant ses appartenances et ses origines, la fiction propose un voyage à travers les multiples facettes du personnage qui lui permettent de renouer avec sa nature originelle. Tourné vers le mouvement, aspirant à se redéfinir au travers des autres instances textuelles, le personnage s’impose comme un véritable agent romanesque. La thèse propose ainsi de révéler précisément les tenants de ces métamorphoses et de ces mutations romanesques, afin de mettre en lumière les infinis prolongements qui concourent à l’élaboration d’une poétique singulière.

Directeur de thèse 
CHIKHI