Le roman romain généalogie d'un genre français

19e - 21e

Type de thèse
Date de soutenance 
24 Juin 2014
Jury 

Président du jury : M. Jean-Yves TADIÉ (Université Paris-Sorbonne)

Membres du jury :
MME Catharine EDWARDS (University of London)
M. Luca PIETROMARCHI (Università degli Studi Roma Tre)

Sous la direction de 

Sophie Basch

Doctorants
GRAU
Résumé 

Cette thèse a pour but d’étudier l’émergence et le développement dans la littérature française d’un genre nouveau, du début du XIXe jusqu’à la fin du XXe siècle : le roman romain à sujet contemporain.
N’évoquant pas la stabilité de la Ville antique, de ses ruines et de ses monuments, mais le paysage urbain et humain en mouvement de l’époque, il rompt avec la tradition du Grand Tour, qui était implicitement fondée
sur la notion qu’aucune fiction ne pouvait être inventée dans le présent éternel de Rome, puisque la perception qu’on en pouvait nourrir était si profondément ancrée dans le passé. En faisant usage du roman,
les écrivains étaient confrontés simultanément à la modernité du médium et à la modernisation urbaine et politique de la Ville, alors qu’ils avaient toujours à l’esprit le signe de Rome – le mythe de la Ville
Éternelle. Les romans situés dans la Rome contemporaine fournissaient à leurs auteurs la possibilité de traiter des questions les plus fondamentales de l’éthique et de l’esthétique dela fiction : le rôle de la
croyance dans la civilisation moderne – en terme de religion et de son contrepoint, la fiction littéraire ; le rôle du passé dans la construction de la modernité ; l’importance du présent dans l’expérience du passé ; la
signification des Anciens à l’époque des Modernes. Analyser les formes du roman français à sujet romain contemporain signifie plus encore que de se confronter au portrait d’une ville : c’est une étude de la pertinence des paradigmes occidentaux.

Directeur de thèse 
BASCH