umr 8599

du cnrs et

de l¯universitê

paris-sorbonne

 

La Servante dans l'oeuvre de Marcel Proust, approche intertextuelle

Type de thèse
Date de soutenance 
17 Juin 2014
Jury 

Président du jury : MME Sophie BASCH (Université Paris-Sorbonne)4)
Membres du jury :
MME Annick BOUILLAGUET (Université de Marne-la-Vallée)
MME Mireille NATUREL (Université Paris 3)

Sous la direction de 

Antoine Compagnon

Doctorants
FUKUDA
Résumé 

Cette thèse se propose d’expliciter l’esthétique et l’éthique de Marcel Proust par le biais du personnage de la servante et du thème du dévouement qui lui est lié, en inventoriant ses sources d’inspiration possibles et en débrouillant sa « polychromie intertextuelle ». La première partie tente de mesurer la portée esthétique propre à l’image de la servante à travers le langage, l’art du quotidien ou la religion qui la caractérisent, en examinant l’influence d’Anatole France, de Gustave Flaubert, de John Ruskin et de Joris-Karl Huysmans. Par la suite est abordée la question du dévouement qu’incarne le personnage de la grand-mère de la Recherche, par une lecture comparative avec les Goncourt, Paul Hervieu, Alphonse Daudet, qui explorent le sacrifice méconnu et la tragédie de la mère, puis avec Pierre Loti et Charles Baudelaire, qui ont traité de l’amour et de la culpabilité du fils. Cette thèse se conclut par une étude sur le personnage énigmatique de la femme de chambre de la baronne Putbus, antithèse de l’image de l’humble servante, en analysant l’influence d’Anna de Noailles, afin de mettre en lumière l’ambivalence du désir proustien.

Directeur de thèse 
COMPAGNON