umr 8599

du cnrs et

de l'université

paris-sorbonne

 

agario
- telefonda sex erotik sohbet sex sohbet telefonda sex

 

L'Atelier des idées, pour Michel Delon

2017
Edition 

PUPS,  juin 2017

728 pages, 59 euros

 

Jean-Honoré Fragonard, La Fête à Saint-Cloud, huile sur toile, 1775-1780, Paris, collection de la Banque de France

Auteur 

Sous la direction de Jacques Berchtold et Pierre Frantz

Les idées traversières de Michel Delon créent, dans ce livre de mélanges, des circuits, des connexions, parfois des lignes d’erre ou des discrépances. Elles éveillent partout des échos parmi ces études qui lui sont offertes. On peut y lire des travaux sur les auteurs qui l’ont intéressé toute sa vie, Diderot, Sade, André Chénier, Crébillon, Casanova, sur les phénomènes et les courants littéraires et culturels qui ont eu sa prédilection, le libertinage, les Lumières. Ces idées éclairent les formes, la poésie, le théâtre, le roman, les essais. Elles portent la marque d’une profonde actualité autant que de leur historicité, agissant à la manière des meilleures mises en scène de théâtre, qui se saisissent d’un texte et l’éclairent aujourd’hui. On rencontrera donc aussi Baudelaire, Artaud, Nodier. L’atelier des idées, ici présenté, est d’abord l’œuvre des mots, opérant à la manière des rameaux retirés des solutions salées, dont parlait Stendhal. Les idées, de ce fait, ne sont nullement idéales ou idéelles. Elles ne sont pas dans la littérature et n’existent pas ailleurs ou autrement que dans l’écriture, car c’est ici, comme on verra, la littérature qui pense.

 

Michel Delon a enseigné dans les universités de Caen et d’Orléans avant de devenir professeur à Nanterre, puis à Paris-Sorbonne. Il s’est fait connaître par L’Idée d’énergie au tournant des Lumières. 1780-1820 (1988), par le Dictionnaire européen des Lumières (1997), ainsi que par ses éditions de Sade, puis de Diderot dans la Bibliothèque de la Pléiade. Avec les étudiants dont il a dirigé les doctorats, il a perpétué la tradition de l’histoire des idées. Engagé dans les échanges internationaux, il a fondé avec Michael Bernsen et Giovanna Angeli le doctorat sur « Les mythes fondateurs de l’Europe dans la littérature, les arts et la musique » entre les universités de Bonn, de Florence et de Paris-Sorbonne (2007). Ses récentes publications cherchent une vulgarisation des travaux de recherche : Le Savoir-vivre libertin (2000), Le Principe de délicatesse. Libertinage et mélancolie au xviiie siècle (2011), Diderot cul par-dessus tête (2013). Il a été coopté comme membre étranger de l’Académie royale du Danemark (2009) et de l’Académie des sciences de Turin (2012) et fait docteur honoris causa de l’université de Bonn.