Annick Azerhad, Le Dialogue philosophique dans les contes de Voltaire

2010
Edition 

Honoré Champion

L'étude du dialogue philosophique en tant que procédé dans les contes de
Voltaire, et non en tant que genre autonome et codifié, ouvre une perspective
nouvelle de recherche sur son utilisation dans le genre narratif. Elle permet,
en l'occurrence, de dégager des constantes sur le plan philosophique : méfiance
par rapport au langage, nécessité de redéfinir une parole concise, juste et
efficace dans le cadre des relations sociales, dans le domaine moral et dans
celui de la recherche scientifique. L'ouverture d'esprit et l'honnêteté
intellectuelle des locuteurs sont indispensables. L'esthétique des dialogues
rend compte de ces conceptions : parti pris de la brièveté, dialogue prenant la
forme de parabole, d'apologue ou de prophétie pour exprimer des intuitions qui
ne sauraient être démontrées, traitement original du topos de la
conversation. L'interaction entre le dialogue philosophique et la forme du conte
donne une épaisseur supplémentaire aux propos échangés. Au cours de leurs
aventures, les personnages sont confrontés aux faits. Ils vivent des expériences
sur le plan social, politique, scientifique ou philosophique qui confirment ou
infirment la pertinence de leurs assertions. La souplesse du genre du conte
favorise l'émergence de la satire, au sens étymologique du terme et dans son
acception plus moderne. Le dialogue acquiert une spécificité qui consiste en la
parodie de son principe ou qui donne naissance, entre autres, à une écriture
narrativo-théâtrale inédite.