umr 8599

du cnrs et

de l¯universitê

paris-sorbonne

Annonce
  • agario
  • -

    Récemment, https://betebetgiris.info betebet
    un autre mode de paiement a été ajouté aux systèmes populaires de paiement anticipé. On l'appelait ”paykasa" www.paykasaalim.net. Contrairement aux cartes de crédit, la seule différence entre les cartes de crédit est que vous avez payé à l'avance.” Si vous voulez acheter paykasa vous pouvez utiliser notre site web. -evden eve nakliyat
    eşya depolama - agario unblocked

     

    Vauvenargues avant Vauvenargues

    15.11.2014

    16e - 18e

    Les Moralistes français de Montaigne à Chamfort

    Annonce 

    La journée d'étude se déroulera en Sorbonne, à la Bibliothèque Ascoli.

    Le « Groupe d'étude des moralistes » consacrera en 2014-2015 ses travaux à Vauvenargues, à l'occasion du tricentenaire de sa naissance.
    La journée d'étude du 15 novembre se propose moins de chercher les sources de la pensée de Vauvenargues (du travail a été fait dans ce sens), que de considérer l’attitude intellectuelle, les sujets traités, les genres et formes pratiqués par des écrivains dont l’œuvre peut être confrontée à celle de Vauvenargues. Il paraît opportun de se demander en quoi, à quel point aidèrent Vauvenargues à concevoir son propre dessein des auteurs, anciens ou modernes, qu’il nomme lui-même dans ses divers écrits (sa Correspondance en particulier), dont il examine les œuvres dans ses Réflexions critiques et ses Fragments. On contribuerait ainsi à préciser, par comparaison, les visées de notre moraliste : entreprise philosophique, objectif pédagogique, élaboration d’une éthique personnelle, action politique. On se demandera en quoi ces vues et les moyens littéraires mis en œuvre (par exemple ce que Vauvenargues définit comme l’éloquence) se révèlent véritablement compatibles avec les caractères spécifiques d’une poétique du moraliste : l'objet de cette journée est donc aussi de réfléchir à ce que cela signifie que de se faire « moraliste ».

    Organisé(e) par 

    Jean DAGEN et Béatrice GUION

    Avec le soutien de 

    le CELLF 16-18