Appel à communciation : Les vices du temps. Précipitation, impatience et inquiétude aux XVIe et XVIIe siècles

19.06.2020 > 20.06.2020

16e - 18e 19e - 21e

CELLF

Précipitation, promptitude, empressement, impatience : à l’époque moderne, se déploie une vaste constellation lexicale qui dénonce le rapport dévoyé au temps. Contraire à la patience, la précipitation est une forme d'imprudence qui trahit le manque d'expérience et la vanité de qui se laisse emporter à la dispersion et à l'agitation volubile. Vice moral, péché véniel, erreur intellectuelle, faute stratégique, elle se résorbe tantôt par la reprise de l'attention concentrée, tantôt par l'ajournement. Malheur cependant à qui y verrait une incitation à la paresse ou à la négligence ! "Festina lente” (“Hâte-toi lentement”), rappelle l'adage érasmien. 
Ces deux journées d'étude seront l'occasion d'examiner le discours moderne sur les vices du temps, aussi bien sur le plan conceptuel que rhétorique, politique, moral ou spirituel. Nous tenterons de rendre compte de son déploiement dans les différents genres, référentiels ou fictionnels, ainsi que dans les différents champs du savoir, à la fois théoriques et appliqués.

Merci d’adresser votre proposition de contribution en 500 mots maximum à

viaud.alicia.isaline@gmail.com et justine.lefloch@gmail.com

avant le 20 février 2020.

Organisé(e) par 

viaud.alicia.isaline@gmail.com et justine.lefloch@gmail.com avant le 20 février 2020.

Organisée par J. Le Floc'h et A. Viaud