umr 8599

du cnrs et

de l¯universitê

paris-sorbonne

Annonce
  • agario
  • -

    Récemment, https://betebetgiris.info betebet
    un autre mode de paiement a été ajouté aux systèmes populaires de paiement anticipé. Bahis siteleri https://vipbahissiteleri.net -- Yatırımsız deneme bonusu https://girisadresi.mobi/yatirimsiz-bonus/ -- Tipobet http://tipobet63.com yeni giriş. -- On l'appelait. Contrairement aux cartes de crédit, la seule différence entre les cartes de crédit est que vous avez payé à l'avance.” Si vous voulez acheter paykasa vous pouvez utiliser notre site web. -evden eve nakliyat
    eşya depolama - agario unblocked

     

    La Figure de Boileau : représentations, institutions, méthodes (XVIIe- XXIe siècles)

    24.03.2016 > 26.03.2016

    16e - 18e 19e - 21e

    Textes dramatiques et esthétiques des XVIIe et XVIIIe siècles

    Pour les historiens de la littérature, Boileau a longtemps représenté une certaine idée de ce que la littérature française se doit d’être, notamment dans son rapport à la constitution d’un patrimoine national. L’objet de ce colloque ne sera pas d’écrire l’histoire de la fortune ni de la réception de Boileau mais de reconstituer les représentations dont Boileau a été le support depuis son entrée fracassante dans l’espace de la République des Lettres en 1666, et de comprendre la logique, à la fois intellec- tuelle  et institutionnelle, de telles constructions depuis le xviie  jusqu’au xxie  siècle. Il s’agit d’explorer l’hypothèse selon laquelle certaines approches méthodologiques ont eu besoin, pour garantir leur cohérence épistémologique, de construire en regard leur objet. Au travers de la figure de Boileau, ce sont les scénarios de l’histoire littéraire que nous voulons questionner, qu’ils soient élaborés par les instances académiques ou universitaires, ou par les écrivains eux-mêmes.

     

    Organisé(e) par 

    Christophe PRADEAU et Delphine REGUIG

     

    Avec le soutien de 

    CELLF 16-21 (Centre d’étude de la langue et des littératures françaises, UMR 8599 du CNRS et de l’Université Paris-Sorbonne), de l’ Institut Universitaire de France (IUF), de l’École doctorale 3 de Paris-Sorbonne, de la Commission Recherche de l’Université Paris-Sorbonne, et de l’Observatoire de la vie littéraire (OBVIL)